Le ministre des Pêches et de l’Economie maritime M. Alioune Ndoye a procédé le samedi 1er mai 2021 à l’inauguration du port de pêche de Boudody. L’infrastructure d’un coût global et cumulé de 2,6 milliards de FCFA, est financée conjointement par le Royaume des Pays-Bas et l’État du Sénégal a été réalisée par l’Entreprise EIFFAGE. Alioune Ndoye a profité de l’occasion pour annoncer le démarrage des travaux de réhabilitation du Port de commerce de Ziguinchor. “Le contrat y relatif est en cours d’immatriculation par l’autorité compétente”, a-t-il poursuivi. 

Nous vous proposons ci-dessous l’intégralité de son discours.

“• Excellence, Madame Joan Wiegman Ambassadeur du Royaume des Pays-Bas au Sénégal ;

• Monsieur le Gouverneur de la Région de Ziguinchor ;

• Monsieur le Préfet du Département de Ziguinchor ;

• Monsieur le Président du Conseil départemental de Ziguinchor ;

• Monsieur le Maire de Ziguinchor ;

• Honorables députés ;

• Distingués membres du Haut Conseil des Collectivités territoriales et du Conseil économique social et environnemental ;

• Mesdames, Messieurs les Directeurs généraux et nationaux ;

• Mesdames, Messieurs les Chefs de Services régionaux et départementaux ;

• Notabilités Religieuses et Coutumières ;

• Mesdames, Messieurs les Présidents des organisations professionnelles de la Pêche et de l’Aquaculture ;

• Chers Invités.

Chose promise, chose due, comme le dit l’adage. Encore un engagement de tenu et bien tenu par Son Excellence, Monsieur Macky SALL, Président de la République. Ce qui prouve à souhait qu’il est dans le temps de l’action et nous avec lui.

Mesdames, Messieurs ;

Il nous l’avait promis et il l’a fait, suis-je tenté de répéter pour exprimer au Chef de l’Etat, la fierté des acteurs de la pêche et de l’Economie maritime.

Nous sommes plus que jamais déterminés à œuvrer, encore et toujours, à ses côtés, pour exécuter sa vision et la politique qu’il a définie et déclinée avec forte cohérence et pertinence dans le Plan Sénégal Emergent (PSE).

En procédant, ce jour, à l’inauguration du Port de Pêche de Boudody, je ressens une fierté toute particulière pour l’honneur qui m’échoit de réceptionner cette infrastructure portuaire de dernière génération que le Président a pensé pour la pêche artisanale sénégalaise.

Après une série de quais de pêche et d’aire de transformation des produits de la pêche, dont celui tout aussi moderne de Soumbédioune, aménagés le long du littoral, pour améliorer les conditions de travail de nos valeureux pêcheurs. Cela atteste de l’intérêt que le Chef de l’Etat accorde à la Casamance, qui se bonifie d’un outil de développement à la dimension du potentiel de la région.

En effet, en tant que contributrice de premier rang à la sécurité alimentaire et créatrice de richesses avec sa première place depuis des années en recettes d’exportation, plus de 244 milliards par an, la pêche s’affirme comme un secteur d’activité essentiel et majeur.

Excellence, Madame l’Ambassadeur,

Après l’inauguration du dragage du chenal, première composante du projet ORIO, qui a permis une navigation sécurisée et sûre à une profondeur confortable de 7,5 contre 3,4 mètres anciennement, le tout complété par le balisage lumineux tout au long, l’évènement de ce jour constitue le second succès du ORIO. L’aventure commune, entre nos deux pays se poursuit pour donner à Ziguinchor et à la Région naturelle de Casamance la plateforme portuaire porteuse du développement.

Comme vous le savez, les performances économiques tirées par le Port de Ziguinchor reposent sur ce dragage qui a favorisé, entre autres, le développement et la valorisation de la filière anacarde, désormais transportée exclusivement par voie fluviomaritime. N’est-ce pas que ce dragage a levé toutes les contraintes physiques de navigabilité ?

Cela a agréé, ainsi, le port de Ziguinchor d’atteindre un tonnage de plus de 55340 tonnes en 2019 d’un montant de plus de 27 milliards. Aussi, malgré la COVID, 40 090 tonnes ont été opérées en 2020, pour une valeur commerciale de plus de 22 milliards.

De même, ces tendances positives fortes ont été obtenues malgré le fait que le Port de commerce de Ziguinchor ait été amputé d’une capacité d’exploitation immense, du fait de la présence de la pêche artisanale en son sein. Cette situation a découlé de l’absence d’infrastructure dédiée.

De plus, dans le cadre du projet ORIO, il est prévu l’aménagement d’un terminal hydrocarbure d’une capacité de 16 000 m3 pour constituer une capacité de stockage nécessaire et conforme aux besoins énergétiques de la région, y compris pour le transport aérien.

C’est dire qu’au terme de la troisième composante, en 2022, le Port de commerce retrouvera la plénitude de son potentiel parce que libéré de la Pêche artisanale qui en occupait une partie.

Je voudrais, aussi, rappeler que les travaux de réhabilitation du Port de commerce vont être engagés sans délai. Le contrat y relatif est en cours d’immatriculation par l’autorité compétente.

Chers acteurs,

Le Port de pêche de Boudody traduit l’ambition de Son Excellence, Monsieur le Président de la République, pour le développement durable du secteur de la Pêche.

La réalisation de ce joyau, au bénéfice des acteurs de la pêche de la région de Ziguinchor, s’inscrit dans cette vision de moderniser le secteur de la pêche dont l’importance socio-économique et culturelle n’est plus à démontrer.

C’est ce qui justifie que la Pêche fait partie des secteurs prioritaires du Plan Sénégal Émergent (PSE) à travers l’Axe I qui vise «la transformation structurelle de l’économie et la promotion d’une croissance inclusive et durable ».

La construction du Port de Pêche de BOUDODY d’un coût global et cumulé de 2,6 milliards de FCFA, financé conjointement par le Royaume des Pays-Bas et l’État du Sénégal a été réalisée par l’Entreprise EIFFAGE.

Ce Port de pêche est doté d’équipements modernes de débarquement, de traitement, de conservation et de commercialisation des produits de la pêche conformes aux standards internationaux.

Cette importante infrastructure, entièrement équipée, permettra d’améliorer les conditions de travail des acteurs de la pêche, de valoriser davantage les produits halieutiques, tout en réduisant à leur plus simple niveau les pertes post-captures et de stimuler ainsi l’économie locale.

Excellence, Madame l’Ambassadeur,

Je voudrais vous exprimer ma profonde gratitude et vous féliciter, pour le financement du Projet ORIO de développement du port de Ziguinchor, d’un montant total de 23 milliards de FCFA avec ces quatre composantes.

La présente infrastructure est le fruit de l’excellente coopération entre le Royaume des Pays-Bas et le Sénégal qui est à la fois dynamique et pragmatique.

Il me plaît dès lors de saluer, pour le souligner, votre engagement personnel aux côtés du gouvernement pour le développement économique et social de la région naturelle de Casamance.

En effet, vous avez compris que la réalisation de ce projet au titre du programme prioritaire du désenclavement de la région naturelle de CASAMANCE, afin de booster sa croissance économique et lutter contre le chômage et la pauvreté, est véritablement le chemin pour une PAIX définitive.

Le développement de l’activité portuaire est une priorité pour le Chef de l’État. Dans ce cadre il m’a donné instruction pour élaborer la Stratégie nationale de renforcement de la plateforme portuaire du Sénégal alignée aux objectifs du PSE.

Doté de ports géographiquement bien positionnés au carrefour des grandes routes maritimes mondiales, notre pays est naturellement ouvert sur le monde et doit tenir une place importante dans les échanges internationaux.

La crise sanitaire mondiale liée à la Covid-19 nous montre à quel point les ports constituent un actif stratégique indispensable à l’activité économique de notre pays et un instrument de notre souveraineté nationale.

Les ports doivent être les lieux privilégiés d’implantations d’activités nouvelles, industrielles et logistiques, au cœur du développement durable des territoires et des transitions numériques.

Intégrateurs de multiples secteurs économiques liés au passage portuaire et à la logistique, nos ports doivent développer leur offre de services pour répondre aux besoins de développement et s’adapter au mieux aux flux des marchés mondiaux.

L’ambition du Chef de l’État est de faire du Sénégal un hub portuaire, industriel et logistique.

Dans cette perspective, nous venons de finaliser la sélection du Cabinet chargé de l’élaboration de la Stratégie nationale portuaire.

Cette stratégie déterminera au besoin le déficit infrastructurel, notamment au niveau de la pêche pour orienter les investissements nécessaires.

Toujours pour le secteur de la pêche, mon département a engagé le processus de sa modernisation, dans un contexte international marqué par l’adoption de nouveaux instruments, visant la conservation et l’exploitation durable des ressources marines, à travers les Objectifs de Développement Durable (ODD).

Cette modernisation passe, d’une part, par une professionnalisation des acteurs à travers un système de formations initiales et continues dans les métiers de la mer, aux fins de la massification de l’emploi maritime et, d’autre part, par la mise en place d’infrastructures et d’équipements répondant au développement du secteur.

Conformément aux directives du Chef de l’Etat, le Gouvernement continuera à mettre en œuvre les projets et programmes ainsi que l’ensemble des actions appropriées pour garantir la durabilité de l’activité de la pêche, avec :

– des plans de développement et de gestion de la ressource ;

– l’immersion de récifs artificiels ;

– la construction de complexes frigorifiques et de marchés au poisson modernes ;

– l’amélioration de la Sécurité des pêcheurs en mer grâce à, entre autres, la généralisation du programme de dotation en gilet de sauvetage, le remplacement des pirogues en bois par des unités en fibre de verre ;

– la subvention des moteurs à hauteur d’un million de FCFA par moteur ;

– la finalisation du projet de géolocalisation des embarcations de la pêche artisanale.

Mesdames et Messieurs,

Je voudrais à présent décerner une motion spéciale à l’Agence nationale des Affaires maritimes (ANAM) et son Directeur général, Monsieur Achille GUEYE, qui a porté avec succès ce projet au nom de mon Département.

En effet, après ma visite en cours de chantier et ma présence ce jour, pour inaugurer ce bijou, j’ai pu apprécier la qualité des travaux de l’entreprise EIFFAGE. L’œuvre est belle et je voudrais en féliciter Monsieur Gérard SENAC, Président Directeur Général de l’entreprise EFFAGE Sénégal, et son équipe.

Le bureau de contrôle Royal Haskonning DHV, qui a travaillé d’arrache-pied pour la construction du port de pêche BOUDODY a également joué un rôle important dans le contrôle et l’orientation des travaux.

Monsieur le Gouverneur, je voudrais vous engager à assurer un suivi rigoureux de l’exploitation de ce port, conformément à l’organisation et aux missions assignées au comité de pilotage que j’ai institué par arrêté sous votre présidence.

J’attache beaucoup de prix à l’entretien de l’infrastructure et du matériel de même que la salubrité des locaux ainsi que de l’environnement immédiat du port.

Il conviendra, par ailleurs, de veiller à sécuriser et à valoriser le domaine portuaire à travers un plan d’aménagement favorable à l’installation d’activités connexes en complémentarité avec l’activité de pêche, notamment des industries de transformation et de services en vue de créer de la valeur ajoutée. Tant s’en faut pour améliorer les revenus des acteurs.

Avant de clore mon propos, je voudrais remercier les organisations professionnelles, les femmes transformatrices, et les autres acteurs de la pêche pour leur engagement en faveur du renouveau de ce secteur à haut potentiel économique et social.

Je vous remercie pour votre attention aimable.”


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *