Communiqué de la plateforme multi-luttes dénommée Doy Na/Casamance

La plateforme multi-luttes Doy Na/Casamance, dénommé également Yayadj/Casamance, Yoni/Casamance, A kagnanta/Casamance, I Diousta/Casamance, Alingh/Casamance, Ou keussi/Casamance, tient à informer l’opinion publique des problèmes récents sur lesquels elle a été saisie et qui hantent le sommeil des populations de la Casamance. Il s’agit :

• du lotissement et de la vente frauduleuse et illégale de parcelles en cours depuis 2012 dans la commune de Bignona, organisés par le maire Mamadou Lamine KEITA et ses collaborateurs chargés du foncier. Ce lotissement qui porte sur 1638 parcelles de 300 à 500 m² dans le cadre du plan de lotissement d’extension de Bignona Kadiamor, en plus de son caractère illégal c’est-à-dire sans aucune autorisation, se fait sans aucun respect des normes d’urbanisme et des clauses convenues entre les partis (42 % pour les propriétaires terriens et 58 % pour la mairie). Pour ce lotissement, le collectif des propriétaires terriens du département de Bignona avait déposé une plainte sur la table du Procureur de la République du Tribunal Départemental de Ziguinchor depuis 23 novembre 2012 et qui a été classé sans suite ;

• de l’exploitation d’une carrière d’argile à Kambila, situé dans le département de Bounkiling. Pour ce qui est de cette carrière, la plateforme multi-lutte Doy Na/Casamance se pose les questions à savoir : Est-ce vrai qu’elle est exploitée par une société chinoise pour fabriquer des carreaux ? Est-ce vrai que c’est avec la complicité de la mairie de Bona ? Quels sont les termes d’accord du mémorandum signé entre la société et le village de Kambila, s’il y’en a ? Qu’en est-il des espaces cultivables perdus (rizières) par les femmes du village ? Est-ce vrai que le Gouverneur de la région de Sédhiou n’est pas au courant de ce projet ? Est-ce vrai que le ministre des Mines et de la géologie n’est pas au courant ? Est-ce vrai que le Président de la République Macky Sall n’est également pas au courant ?

• de l’accaparement des terres en Casamance par la Sapco. Dans le cadre d’une opération dénommée «Woute souf», la délégation régionale de la Sapco cherche à s’accaparer des terres et une partie du littoral dans les villages de Kafountine, Abéné et Niafrang, villages situés dans les communes de Karaba 1 et de Kafountine en lieu et place des renforcements de capacité à hauteur de 800 millions promis en 2015 par la ministre du Tourisme dans le cadre du tourisme local ;

• de la difficulté d’accès à l’eau potable dans la commune de Goudomp avec le coût élevé des branchements imposés à la population par la société ASUFOR, accompagné de la prise en charge totale de la main d’œuvres par les populations elles-mêmes et du prix du m3 qui s’élève à 300 F CFA ;

• de la plainte déposée par un ex-agent de Tigo (actuel Free) en vue d’un dédommagement. En effet, cet agent du nom de Aissatou KABO, après avoir perdu son bras droit à la suite d’un accident survenu 23 novembre 2017 à Diana sur la route de Kafountine dans le cadre d’une mission de la boite, se voit toujours dans l’impossibilité d’être dédommagé. Pour ce présent contentieux, la plateforme multi-lutte Doy Na/Casamance a été informée que le dossier est au tribunal départemental depuis 25 novembre 2020, mais sans aucune suite jusqu’aujourd’hui.

À cet effet, la plateforme multi-lutte Doy Na/Casamance invite une fois de plus les gouverneurs des régions de Ziguinchor et Sédhiou, la DESCOS, le Gouvernement, et le Président la République à prendre les mesures idoines sur l’ensemble des problèmes ainsi évoqués, surtout sur ceux liés au foncier pour éviter que les populations se fassent justice elles-mêmes. Car, l’histoire de la Casamance a montré combien ses habitants, sont attachés à la terre. Et comme l’ont souligné Roben et Ndione (2006), « ignorer, volontairement ou non, cette sensibilité des populations casamançaises, c’est prendre le risque de réactiver des frustrations anciennes encore bien présentes et de déclencher une nouvelle crise, comme on a pu l’observer dans d’autres situations post-conflit en Afrique ».

Fait à Ziguinchor, le 01 février 2021

Vision Citoyenne
Frapp/Ziguinchor
Comité de veille et d’alerte de Niaguis
Collectif pour la Défense des Intérêts de la Commune de Médina Wandifa
Collectif contre la spoliation foncière à Oulampane
Collectif des anciens élèves du Lycée El Hadji Omar Lamine Badji de Djibock
Cellule de veille pour les intérêts de Djirigho
Collectif pour la reconstruction des ponts de Diouloulou et Baïla
Collectif des Propriétaires Terriens du Département de Bignona
FRAPP/Goudomp
FRAPP/Médina Wandifa


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *